Accepter embrasser le métier de plombier, c’est devenir un homme multitâche et polyvalent dans l’exercice de sa profession. Le plombier, c’est avant tout un technicien chargé d’installer la canalisation d’un bâtiment, d’agencer et de réparer la tuyauterie, de mettre en place les appareils sanitaires, les chaudières et radiateurs aux endroits les mieux adaptés dans la maison. Pourquoi ne pas s’intéresser de ce métier si entreprenant et passionnant ?

Le métier du plombier : quelles formations pour quelles compétences ?

Comme tout métier, la plomberie nécessite une certaine formation en vue de l’acquisition d’un certain savoir-faire qui rendra le travailleur professionnel. La compétence du plombier est acquise via une formation de nature technique et professionnelle.

La formation d’un plombier aboutit à des diplômes suivants :

  • CAP installateur sanitaire ;

  • CAP installateur thermique ;

  • MC (mention complémentaire) maintenance en équipement thermique individuel (1 an après le CAP) ;

  • Zinguerie ;

  • Bac pro technicien de maintenance des systèmes énergétiques et climatiques ;

  • Bac pro technicien du froid et du conditionnement de l’air ;

  • BP (brevet professionnel 2 ans après CAP) monteur en installation du génie climatique et sanitaire ; métiers de la piscine.

Les qualités d’un bon plombier !

Devenir plombier n’est pas toujours aisé. Le plombier comme tout autre métier se doit d’être un professionnel capable de répondre aux besoins du client. Ainsi, les qualités d’un bon plombier peuvent être :

  • Disposition intellectuelle : la plomberie exige au plombier une réflexion permanente, une observation et un esprit logique dans l’agencement de certains tuyaux de canalisation par exemple ;

  • Un bon tempérament : un bon plombier est appelé à travailler dans différents milieux. À cet effet, il doit savoir comment réagir face aux besoins de sa clientèle ;

  • il doit savoir rassurer sa clientèle pour la plupart de temps exigent ;

  • Être physiquement fort : Un bon plombier doit être sportif, capable de soulever des objets lourds : lavabo, baignoire, bidet) ;

  • Aimer sa profession : Ici comme tout travailleur, le plombier se doit d’aimer son métier pour bien le pratiquer et de donner le meilleur de lui pour satisfaire son sa clientèle.

Qu’en est-il de la rémunération d’un plombier ?

Tout travail nécessite une certaine rémunération assurant l’épanouissement du travailleur. S’agissant du plombier, la réglementation en vigueur recommande qu’un salarié débutant doit gagner au moins la somme équivalente au S.M.I.C. Le salaire du plombier qui travaille à son compte est extrêmement variable et oscille entre 3 000 et 6 000 € par mois.

La plomberie a un bel avenir devant elle, de nombreuses personnes y font recours chaque jour face à des situations telles que la fuite d’un tuyau, l’installation de nouvelles sanitaires… Monsieur plombier se présente comme votre sapeur-pompier lorsqu’il n’est plus possible de se doucher dans de bonnes conditions ou un plafond souillé par une fuite d’eau pouvant occasionner d’autres dégâts plus graves.

Devenir un plombier professionnel est donc rémunérateur parce que la demande en installation et entretien de plomberie ne cesse d’accroître. Cependant, il sera nécessaire de passer par une formation professionnelle et d’effectuer un long stage pour acquérir les aptitudes sur le terrain.